PARIS HIPPIQUES

JEU LéGAL



Newsletter Jeu Légal

Transformation statut juridique du PMU: une sénatrice appelle à la plus grande vigilance

07/02/2020

Alors que le Gouvernement a une nouvelle fois demandé aux sociétés mères, Le Trot et France Galop, « d’amorcer la transformation du statut juridique du PMU, aujourd’hui groupement d’intérêt économique (GIE) en société commerciale », la sénatrice de Côte d’Or, Anne-Catherine Loisier, a appelé à la plus grande vigilance.

Selon Anne-Catherine Loisier, s’il est clair que « le PMU doit s’adapter aux nouvelles contraintes du marché et de la concurrence des jeux, son statut actuel de GIE lui permet déjà de répondre à ces défis ». Interrogée par nos confrères de Paris Turf, la sénatrice a notamment rappelé qu’au moment de l’ouverture du marché des jeux d’argent et des paris en ligne en 2010, le Conseil d’Etat avait confirmé le statut protecteur du GIE, argumentant que « le PMU n’est pas un opérateur comme les autres : c’est l'outil de valorisation des professionnels de la filière » et donc que ses « actifs » ont pour vocation de faire vivre les entreprises et professionnels, de l’élevage aux courses.

D’après elle, transformer le statut juridique du PMU pour en faire une société commerciale n’est pas sans risque. « Ouvrir l’actionnariat, c'est déposséder les professionnels de leur outil historique et risquer de livrer le PMU à des investisseurs en quête de dividendes. Ce serait servir d'autres intérêts que celui du financement de la filière équine. Une transformation en SA-PMU impliquerait le transfert du droit de prise de paris des sociétés de courses aux actionnaires de la SA, laquelle bâtirait ses impératifs selon ses propres critères », a-t-elle indiqué. « Les conséquences seraient nombreuses dès lors que le PMU serait soumis aux règles des sociétés dont l'impôt sur les bénéfices. Les sociétés de courses, comme les hippodromes, deviendraient des prestataires de services de la nouvelle SA-PMU. La question du financement des retraites complémentaires, les liens avec les 238 hippodromes et les 6.000 bénévoles, seraient impactés. Au fil du temps, le GIE-PMU a consolidé son maillage, son organisation et ses produits. Il doit indéniablement évoluer, mais l'option SA demande échanges et réflexions », a-t-elle ajouté, estimant que ce n’est pas à l’Etat de déterminer ce que doit être l’avenir du PMU, mais à l’ensemble des acteurs de la filière de se poser la question sur la nécessité de changer ou pas son statut.

Source : Paris Turf

 
>> Toutes les actualités des paris hippiques légaux en France
 

Unibet Turf

Actualité du pari hippique en ligne légal en France

22/02/2020 Des points de fidélité offerts sur France-pari ce week-end !
Le mois de février est souvent assez calme dans les hippodromes français. En effet, après l'effervescence des grandes courses de décembre et janvier, c'est un peu le calme plat. Toutefois, les turfistes chevronnés ne s'y tr... Lire la suite

France Pari
22/02/2020 Une nouvelle campagne pour le PMU
Alors que l'EURO 2020 de Football se profile déjà à l'horizon, le PMU a dévoilé vendredi sa nouvelle campagne de communication. Signée Buzzman, cette nouvelle campagne met en avant l'attractivité des cotes. Composée d... Lire la suite

PMU
19/02/2020 L’embellie se poursuit au quatrième trimestre
Avec 294 millions d'euros de mises au cours du quatrième trimestre 2019, soit 7% de plus qu'à période comparable en 2018, et un Produit Brut des Jeux (PBJ) de 72 millions d'euros, le segment des paris hippiques en lig... Lire la suite

Jeu Légal France

  Accueil > Paris hippiques > Actualités du pari hippique en France > Transformation statut juridique du PMU: une sénatrice appelle à la plus grande vigilance