PARIS HIPPIQUES

JEU LéGAL



Newsletter Jeu Légal

Bilan positif pour Zeturf dix ans après l’ouverture du marché

11/05/2020

Interrogé par nos confrères de Paris Turf, Emmanuel de Rohan-Chabot, président de Zeturf et de l’AFJEL (Association Française du Jeu en Ligne), a dressé un premier bilan de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 mais également des dix années qui se sont écoulées depuis l’ouverture à la concurrence du marché des jeux d’argent et des paris en ligne. Extraits.

Fortement impacté par côté paris sportifs, dont l’activité a fortement chuté faute d’une offre suffisante, Zeturf l’a moins été côté paris hippiques pendant la période de confinement. En effet, l’opérateur a même réuni à maintenir son activité quasi à la normale grâce aux courses étrangères ouvertes aux paris. « Nous avons tout de même beaucoup de clients habitués aux courses françaises qui ont arrêté de jouer au 17 mars. Nous avons néanmoins réussi à convertir ou à amener quelques nouveaux clients, principalement ceux venant de notre activité des paris sportifs, sur les courses. Ce sont surtout des personnes qui jouent très épisodiquement sur les compétitions hippiques et qui s'y sont plus intéressées en l'absence quasiment totale de sports », a commenté Emmanuel de Rohan-Chabot.

20% de parts de marché

Dix ans après l’ouverture du marché le 12 mai 2010, le bilan est plutôt positif pour Zeturf, qui détient 20% du parts de marché des paris hippiques. Un chiffre qui monte à 27-28% en prenant en compte ses partenaires. Selon Emmanuel de Rohan-Chabot, Zeturf, qui contribue également au financement de la filière en versant aujourd’hui 7% de ses enjeux, a trouvé sa place sur le marché. « Si je ne regrette absolument pas de nous être lancés sur le marché français, je pense qu'il faudrait assouplir la réglementation pour animer encore plus le secteur. En développant la possibilité d'enregistrer des paris en live betting, sur des jockeys, des duels... En outre, comme pour les paris sportifs, il est, à mon sens, indispensable que la taxation s'opère non plus sur les mises, mais sur le Produit Brut des Jeux (PBJ). Cela aiderait aussi le PMU à se relancer », a-t-il déclaré au Parisien.

Son discours en tant que président de l’AFJEL est un peu différent. « Il demeure des familles de jeux qui n'ont toujours pas été autorisées en France, comme le e-sport. C'est très dommage, car il s'agit d'une activité en plein développement. Après, il y a la grande question des casinos en ligne. Et là, ce manque s'est fait cruellement sentir pendant le confinement, les Français, visiblement, grâce à des connexions VPN, s'étant fortement connectés à des marchés en .com. C'est un manque à gagner important pour le marché en ligne français et les finances de l'État », a-t-il déploré.

Source : Paris Turf

 
>> Toutes les actualités des paris hippiques légaux en France
 

Unibet Turf

Actualité du pari hippique en ligne légal en France

26/05/2020 PMU : Démission de Bertrand Méheut
Bertrand Méheut a présenté sa démission de la présidence du Conseil d'Administration du PMU ce mardi 26 mai, afin de pouvoir « se consacrer pleinement à ses engagements personnels et à d'autres projets professionnels », ... Lire la suite

Jeu Légal France
22/05/2020 Jusqu'à 20 euros remboursés sur votre premier pari hippique chez Unibet !
Unibet lance son nouveau bonus de bienvenue ! Grâce à cette offre, les joueurs nouvellement inscrits sur la plateforme en ligne peuvent recevoir jusqu'à 20 euros en cash sur leur premier pari hippique si ce dernier s'avère ... Lire la suite

Unibet
20/05/2020 Mauvaise nouvelle pour le milieu hippique
Coup dur pour le milieu hippique : alors que les courses ont repris le 11 mai dernier dans l'Hexagone, France Galop et LeTrot, les sociétés-mères, ont appris qu'un nouveau décret gouvernemental précisant les modalités d'... Lire la suite

Jeu Légal France

  Accueil > Paris hippiques > Actualités du pari hippique en France > Bilan positif pour Zeturf dix ans après l’ouverture du marché